Ons_Volk2.jpg

De vereniging Métis de Belgique/Metis van België groepeert de Metis geboren in de territoria onder Belgisch koloniaal bewind : Belgisch-Congo en Ruanda-Urundi.

Vòòr 1960

We zijn voor het grootste gedeelte kinderen die verondersteld werden wezen te zijn, of achtergelaten, opgevoed in pensionaten voor “mulatten”, in Congo ofRuanda. Wij werden aan onze moeders ontrukt en naar het pensionaat van de Zusters gebracht te Save in Ruanda. Blanke vaders telden niet, of werden niet aangemoedigd om hun kinderen te erkennen.Een kleine minderheid heeft samen met zijn ouders geleefd, maar werd eveneens in de internaten geplaatst die werden voorbehouden aan de « mulatten ». De blanke die met zijn kind en zijn Afrikaanse partner leefde, diende zich discreet te gedragen in het openbaar, daar hij blijkbaar een koloniale wet overtrad, een soort ongeschreven, maar dwingende apartheid.

Het was uitzonderlijk dat vaders hun Metis kinderen erkenden en hun vaderschap waarnamen. Hun kinderen werden vaak naar de familie van de vader in België gestuurd, zonder de « schriftelijke » toestemming van de moeders. Zeldzaam waren de blanke mannen die met hun vriendin huwden. De koloniale autoriteiten waarschuwden voor dergelijke huwelijken, ze werden afkeurden en zelfs gesanctioneerd. Daardoor konden ze enkel huwen volgens de Afrikaanse gebruiken van hun toekomstige vrouw. Sommigen aarzelden niet om met hun zwarte vrouw en kinderen naar België terug te keren, met alle moeilijkheden die daarmee verbonden waren.

L’Association Métis de Belgique/Metis van België regroupe les métis nés dans les territoires sous domination coloniale belge : le Congo belge et le Ruanda-Urundi. Elle accueille également leurs descendants.

Avant 1960

Durant toute la période coloniale, nous avons été pour la plupart, des enfants supposés abandonnés ou assimilés à des orphelins, élevés dans des pensionnats scolaires pour « mulâtres » situés au Congo ou Les pères naturels blancs ne comptant pas ou n’étant pas encouragés à reconnaître leurs enfants, nous sommes alors enlevés à notre mère de force, parfois sous la menace et le chantage puis dirigés majoritairement vers le pensionnat des Sœurs à Save au Ruanda.

Il est exceptionnel que des pères reconnaissent leurs enfants métis et assument leur paternité. Leurs enfants sont souvent envoyés en Belgique dans la famille du père sans le consentement « écrit » des mamans. Très rares sont les hommes blancs qui se marient avec leur compagne. Devant l’attitude des autorités coloniales et religieuses qui mettent en garde, réprouvent ou sanctionnent les unions entre Blancs et Noires, ces couples mixtes décident alors de s’unir selon la coutume africaine de leur future femme. Certains pères n’ont pas hésité à rentrer en Belgique avec leur femme noire et leurs enfants métis non sans difficultés de tous ordres.

Ons_Volk3.jpg

Vanaf 1959

Onder het voorwendsel van de gewelddadige incidenten die gepaard gingen met de onfhankelijkheid van Congo in 1960, werden alle Metis van Save en elders verzameld in Usumbura, met de steun van de Belgische autoriteiten. Zonder onze moeders te verwittigen werden we massaal per vliegtuig naar België gevlogen.

Bij onze aankomst werden we opgevangen door verenigingen die zich inzetten voor de Metis, die ons meteen toevertrouwden aan Belgische onthaalgezinnen, adoptieouders of instellingen. Deze evacuatie, die gepaard ging met de ontvoering van Metis kinderen, liet de autoriteiten en de liefdadigheidsinstellingen toe ons verkeerdelijk te bestempelen als weeskinderen.

We groeiden op onder de voogdij van ad hoc liefdadigheidsinstellingen (zoals APPM, CMBV) terwijl we eigenlijk onder de voogdij van de staat hadden moeten staan. De meesten onder ons zullen geen contact meer hebben met hun moeders in Afrika, noch met hun broers of zussen die elders werden ondergebracht. Verschillende moeders en kinderen zouden er nooit meer in slagen om elkaar terug te vinden

We hebben gestudeerd, een baan gevonden, ons leven uitgebouwd. Sommigen werden beter omringd, opgeleid, opgevolgd dan anderen. Velen hebben spijtig genoeg zwaar geleden.

Aline 003.jpg

Onze betrachting

Het vertegenwoordigen van de metis uit Belgisch-Congo en Ruanda-Urundi en van hun kinderen en hun familie (de huidige generaties inbegrepen), in alle kwesties die te maken hebben met hun gemeenschappelijke geschiedenis, en meer in het bijzonder met het lot van de oud-leerlingen van Save in Rwanda.

Hulp aan de metis bij de toegang tot hun persoonlijke archief:

1) Talrijke metis hebben vandaag nog steeds geen authentieke geboorteakte en hebben niet de middelen, nog de toegang, om hun familiale banden in Afrika en België op te sporen. Dit terwijl hun ouders vaak bekend waren.

2) Het onderzoek dient te gebeuren in samenwerking met het Museum van Tervuren, de Institutions pour la Famille, Kind en Gezin, diverse universiteiten, CEGESOMA (Service Public Fédéral), Buitenlandse Zaken, de medewerking van Sarah Heynssens, Assumani Budagwa en eventueel andere betrokken organisaties, zonder de historici te vergeten, de juristen en de ambassades van Rwanda, Burundi en Congo en de Ministeries van justitie.

3) Deze instellingen moeten de metis helpen en begeleiden bij hun genealogische opzoekingen, de zoektocht naar hun ouders, broers, zusters, zonder daarbij de veranderingen van naam en nationaliteit te vergeten die bepaalde metis werden opgelegd, enz…

À partir de 1959

Sous le prétexte de danger suite aux troubles violents qui ont suivi l’indépendance du Congo en 1960, l’État accorde aux missionnaires toute latitude pour planifier l’évacuation immédiate des métis de la colonie. Venant de Save et d’ailleurs, nous sommes tous rassemblés à Usumbura. Ensuite, toujours sans prévenir la plupart des mamans, nous sommes massivement évacués par avion vers la Belgique. Aujourd’hui, cette thèse assurant avec force que les émeutes dans les ex-territoires coloniaux menaçaient gravement la vie des métis, s’avère fallacieuse et sans aucun fondement.

À notre arrivée les oeuvres et les associations, mises sur pied précipitamment pour gérer l’accueil des métis, nous ont pris en charge et nous ont immédiatement confié à des familles belges d’accueil ou d’adoption ou placé dans des homes. Cette évacuation qui s’apparente à un rapt d’enfants métis permet aux autorités et aux oeuvres belges de nous qualifier abusivement ou injustement d’orphelins.

Nous avons grandi sous la tutelle de ces associations et des œuvres caritatives (l’APPM, CMBV par exemple) alors qu’en réalité nous aurions dû être sous la tutelle de l’état. La majorité d’entre nous n’aura plus de contact avec leur mère restée en Afrique qui' elle-même ne reçoit plus aucune nouvelle nous. Nos frères et sœurs sont éparpillés dans des familles, qui empêchent tous liens familiaux et changent parfois les noms et prénoms des enfants.

Nous avons fait des études, trouvé un métier, forgé un projet de vie. Certains ont été mieux encadrés, instruits et suivis que d’autres. Malheureusement nombreux d'entre nous ont profondément souffert.

Mission

Représenter les métis issus du Congo-belge et du Ruanda-Urundi, leurs enfants et leurs familles y compris les générations actuelles, dans toutes les questions relatives à leur histoire commune et en particulier au sort des anciens pensionnaires de Save au Rwanda.

Aider les métis à avoir accès à leurs archives personnelles:

1) De nombreux métis sont encore actuellement totalement dépourvus d’extrait de naissance authentique et ne trouvent pas le moyen de retracer leurs attaches familiales en Afrique et en Belgique alors que leurs géniteurs blancs étaient souvent connus de notoriété publique.

 2) Le travail de recherche doit se faire notamment avec la collaboration du Musée de Tervuren, des Institutions pour la Famille, Kind en Gezin, la CEGESOMA (Service Public Fédéral), les Affaires Étrangères et le Ministère de la Justice. Nous comptons sur le précieux concours de Sarah Heynssens, Assumani Budagwaet éventuellement sur des organisations concernées. Et bien sûr approfondir nos recherches avec la contribution et l’expertise des historiens, des Universités, des juristes ou des ambassades Rwandaise, Burundaise et Congolaise.

3) Ces institutions doivent faciliter et guider les métis dans leur recherche généalogique, dans la quête de parents, de frères de sœurs sans oublier les changements de nom et de nationalité qui ont été imposés à certains métis etc.

balbum049.jpg